Profil de chercheur étudiant: Véronqiue LeBlanc

Véronique Thibault 
Boursière de maîtrise, New Brunswick

Avant de venir s’installer au Nouveau-Brunswick il y a deux ans, Véronique Thibault étudiait la nutrition à l’Université Laval à Québec, d’où elle est originaire et a vécu toute sa vie. Pour financer ses études de baccalauréat, Véronique travaille à temps partiel dans un laboratoire de recherche. Durant cette première expérience avec la recherche, elle participe à la mise en œuvre d’un essai contrôlé randomisé sur les patients diabétiques et les mesures de prévention du diabète. Vite passionnée par le projet, elle désire continuer ses études à la maitrise dans un domaine proche de la santé des populations et de l’épidémiologie.

Son conjoint est muté à Sussex en 2015 et Véronique intègre le programme de maitrise en sciences de la santé de l’Université de Moncton sous la supervision du Dr. Mathieu Bélanger, directeur de la recherche au Centre de formation médicale du Nouveau-Brunswick et épidémiologiste pour le réseau de santé Vitalité.

En accord avec ses intérêts de recherche, elle effectue un projet de recherche sur la prévalence et la prévention du diabète au Nouveau-Brunswick en travaillant sur une base de données administratives unique au Canada. Véronique obtient une bourse conjointe de l’USSM et de la Fondation de recherche en santé du Nouveau-Brunswick pour mener à bien son projet.

Récipiendaire de plusieurs distinctions et prix pour ses travaux de recherche, et auteure de 4 articles dans des revues à comité de lecture renommées, il n’est pas étonnant que Véronique soit recrutée rapidement après sa maitrise comme coordonnatrice de la recherche à l’Unité de médecine familiale de Dieppe.

Désormais, c’est Véronique qui encadre des étudiants dans leur projet de recherche. Que ce soit pour un support méthodologique, une revue de littérature ou la définition de la question de recherche même, Véronique supporte les nombreux étudiants en médecine de famille de l’Unité, ainsi que les médecins désireux de faire de la recherche. Son objectif : augmenter la capacité de recherche au niveau des cliniciens  de l’UMF. Bien qu’ayant des journées déjà très chargées et variées, elle donne en parallèle des charges de cours à l’Université de Moncton. Un emploi du temps très occupé donc!

Avec du recul, Véronique sourit de voir qu’elle passe beaucoup de temps à enseigner aujourd’hui. Dès le primaire,  elle savait qu’elle voudrait être professeure. Son futur, elle l’entrevoit avec beaucoup d’optimisme et d’ambition. Pour sa prochaine aventure, Véronique aimerait éventuellement poursuivre ses études au doctorat en épidémiologie. Avec ce diplôme en poche, Véronique serait armée pour s’installer dans les Maritimes et vivre de sa passion pour la recherche, tel qu’elle le souhaite.