Les pharmaciens prescripteurs et l’accès aux soins de santé primaires

Mise en contexte

Les Néo-Écossais n’ont pas tous accès à un médecin de famille ou à une infirmière praticienne. Les pharmaciens sont des fournisseurs de soins de santé accessibles puisque les pharmacies sont souvent situées dans un endroit central et sont généralement ouvertes au moins 12 heures par jour. Les pharmaciens ont aussi la capacité de fournir des soins de santé primaires relatifs aux médicaments, que ce soit le renouvellement d’ordonnances ou l’évaluation de maux mineurs. Au cours des dernières années, le champ de pratique des pharmaciens s’est élargi; par conséquent, les services qu’ils peuvent offrir se sont multipliés, permettant potentiellement un meilleur accès aux soins de santé primaires. 

En 2010, la Nouvelle-Écosse a présenté un projet de loi visant à élargir le champ de pratique des pharmaciens en y ajoutant notamment les activités de prescription. Par contre, un sondage effectué en 2014 auprès des pharmaciens de la Nouvelle-Écosse avait démontré que les activités liées à la prescription étaient loin d’être répandues chez les pharmaciens.

Au sujet de ce projet

Ce projet de recherche examinera comment souvent les pharmaciens jouent le rôle de pharmaciens prescripteurs et cherchera à identifier les facteurs qui appuient ou qui gênent les activités de prescription chez les pharmaciens de la Nouvelle-Écosse. Il se peut aussi que ce projet puisse identifier des moyens d’appuyer le rôle du pharmacien prescripteur afin d’augmenter l’accès aux soins de santé primaires, que ce soit des services d’évaluation ou encore la fourniture de médicaments nécessaires aux Néo-Écossais. L’accès à des soins de santé primaires de haute qualité est lié à des meilleurs résultats de santé chez le patient. Notre recherche aidera les Néo-Écossais à accéder aux soins de santé dont ils ont besoin : en comprenant mieux les différentes façons par lesquelles les pharmaciens appuient le système de soins de santé primaires et en nous éclairant sur comment nous pouvons améliorer les pratiques courantes.

La relation entre le champ de pratique des pharmaciens et l’accès aux soins de santé primaires a été identifiée comme un sujet de santé prioritaire lors de la Nova Scotia Bridge Event organisée par l’USSM en novembre 2018.  Une équipe fut alors mise sur pied pour mener la recherche. Cette équipe comprend des chercheurs, une patiente partenaire ainsi que des représentants du ministère de la Santé et du Mieux-être de la Nouvelle-Écosse, de la Nova Scotia College of Pharmacists et de la Pharmacy Association of Nova Scotia.

Dans le but d’étudier les activités de prescription des pharmaciens de la Nouvelle-Écosse, l’équipe de recherche a adopté deux approches, soit :

  1. une évaluation des données initiales tirées de la Drug Information System (DIS), qui héberge des données sur les ordonnances qui ont été remplies dans les pharmacies communautaires de la Nouvelle-Écosse; et,
  2. un sondage pour améliorer notre compréhension des expériences vécues par les pharmaciens lorsqu’ils jouent le rôle de pharmaciens prescripteurs ainsi que le type de soutien nécessaire pour améliorer la qualité et l’adoption des activités de prescription chez les pharmaciens. 

Le sondage sur les pharmaciens et les activités de prescription 

L’équipe de recherche a effectué une mise à jour du sondage de 2014, en s’inspirant notamment des leçons apprises et des changements qui ont eu lieu depuis les dernières années au niveau des pharmaciens prescripteurs. La version mise à jour du sondage a demandé aux pharmaciens de fournir quelques renseignements démographiques et géographiques et de décrire leurs activités qui touchent aux prescriptions, dont le nombre et le type de prescriptions qu’ils effectuent. Le sondage a recueilli des données sur les activités de prescription (par exemple, la substitution d’un médicament versus le renouvellement d’une ordonnance) qui ne peuvent être identifiées par l’entremise de la DIS, de même que les barrières et les facilitateurs identifiés par les pharmaciens eux-mêmes. Nous avons aussi évalué quelques-uns des changements ayant été apportés aux activités de prescription suite à l’éclosion de la pandémie de COVID-19. 

Le sondage était ouvert aux pharmaciens : 

  • qui possédant un permis pour l’offre de soins directs aux patients de la Nouvelle-Écosse; et,  
  • qui ont travaillé à temps partiel (au minimum) au sein d’une pharmacie communautaire en Nouvelle-Écosse au cours des 12 derniers mois.

Le sondage était ouverte du 7 juillet au 5 août 2020.

Gestionnaires du projet

  • Jennifer Isenor, Pharm.D., professeure agrégée, Faculté de pharmacie, Faculté des sciences de la santé, Université Dalhousie 
  • Judith Fisher, Ph.D., gestionnaire, Évaluation des technologies pharmaceutiques, Ministère de la Santé et du Mieux-être de la Nouvelle-Écosse
  • Amy Grant, Ph.D., chercheure sénior sur les politiques de la santé, USSM 
  • Juanna Ricketts, patiente partenaire, USSM

Personne-ressource

Elizabeth Jeffers, M.Sc.
Responsable des projets de recherche
Elizabeth.Jeffers@nshealth.ca
(902) 473-7607