Lancement d’une revue de la littérature portant sur les soins de fin de vie en contexte de pandémie

Publication Date: 
Lundi, Mai 11, 2020

L’Unité de soutien SRAP des Maritimes (USSM) a publié une revue rapide de la littérature qui porte sur les soins palliatifs et les soins de fin de vie en contexte de pandémie. Le rapport présente un aperçu des différentes recommandations et pratiques qui sont issues d’expériences vécues dans le domaine des soins de fin de vie, que ce soit dans le cadre de la présente pandémie de COVID-19, ou encore, dans le cadre d’épidémies ou pandémies antérieures. La revue de la littérature fut effectuée par l’équipe de l’USSM à Moncton et avait pour but d’appuyer le Réseau de santé Vitalité, une régie régionale de la santé offrant des services de soins de santé aux communautés francophones situées dans le nord et dans le sud-est du Nouveau-Brunswick.

« Les soins de fin de vie impliquent des circonstances difficiles pour les patients, pour les familles et pour les cliniciens. Ces décisions peuvent poser des défis encore plus grands lors d’une pandémie en raison des mesures qui sont adoptées pour prévenir les infections et des changements qui touchent le personnel et les ressources disponibles. Nous devons agir rapidement si nous voulons tirer profit des expériences du passé et de celles des autres juridictions », a déclaré Brigitte Sonier-Ferguson, directrice régionale – Recherche, Développement scientifique et Formation au sein du réseau de santé Vitalité.

Ayant seulement deux jours pour effectuer le travail, l’équipe à Moncton a effectué un survol d’articles scientifiques, d’articles de journaux et de publications gouvernementales afin de recueillir des informations sur la livraison de soins palliatifs et de soins de fin de vie dans le contexte de la pandémie actuelle de COVID-19. L’équipe souhaitait aussi identifier des recommandations ayant été formulées suite à l’éclosion d’autres maladies transmissibles, telles que le SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère) et le SRMO (syndrome respiratoire du Moyen-Orient). 

Comme l’explique Marc Robichaud, professionnel de recherche au sein de l’USSM et l’un des co-auteurs du rapport : « Il fallait travailler autrement. Ce fut un travail vraiment intensif. Malgré les contraintes de temps, nous avons examiné plusieurs articles et avons réussi à cibler quelques stratégies et préoccupations clés. Celles-ci sont présentées de façon accessible dans notre rapport. »

Un des thèmes récurrents est celui de l’utilisation des nouvelles technologies numériques pour aider les patients et leurs proches à demeurer en contact, surtout lorsque des restrictions doivent être imposées sur les visiteurs. 

« En raison des mesures de santé publique mises en place pour lutter contre la propagation de la COVID-19, les patients ne sont souvent pas capables de recevoir la visite de leurs proches. Ça peut être vraiment déchirant pour les familles, surtout lorsque cette séparation a lieu lors des derniers jours ou des dernières heures de la vie du patient. Comme en témoigne notre rapport, le personnel hospitalier et les fournisseurs de soins de santé ont fait preuve de beaucoup de créativité dans le but de réduire la distance qui sépare le patient de ses proches, que ce soit l’utilisation de tablettes, comme les iPads, d’ordinateurs portables, de téléphones intelligents ou encore l’organisation de vidéoconférences. Il s’agit, là, de quelques-uns parmi les nombreux changements apportés afin de rapprocher patients et familles », explique Marc Robichaud. 

La planification préalable des soins constitue un autre thème récurrent. Il s’agit du processus par l’entremise duquel un patient documente ses choix quant aux types de traitements qu’il souhaite recevoir; partage les valeurs et les croyances qui guident sa prise de décision; et désigne une personne qui aura la responsabilité de prendre des décisions en son nom, advenant que le patient ne soit plus en état de prendre lui-même de telles décisions.

 « Très tôt, la planification préalable des soins devrait faire l’objet d’un dialogue et d’une discussion ouverte. De plus, on doit s’assurer que les membres de la famille soient informés des souhaits du patient. Ceci peut aider à alléger le niveau de stress que vivent parfois les fournisseurs de soins de santé et les proches, notamment lorsque que ces derniers sont appelés à prendre ce genre de décisions à la place du patient », ajouta Marc Robichaud.

Le rapport présente les pratiques émanant de la littérature sous forme de tableaux faciles à consulter. Les résultats de la recherche sont aussi accompagnés de liens vers les sources consultées pour celles et ceux qui souhaiteraient obtenir plus de détails.

Téléchargez le rapport