Nouvelle initiative pour améliorer l'accès aux données de santé pour les chercheurs

Publication Date: 
Mardi, Février 11, 2020

Les chercheurs en santé auront désormais plus facilement accès aux données de multiples sources provinciales, territoriales et pancanadiennes grâce au Guichet de soutien à l’accès aux données (GSAD).

Le Réseau de recherche sur les données de santé a procédé aujourd’hui au lancement du Guichet de soutien à l’accès aux données, un portail centralisé de services d’accès aux données à l’intention des chercheurs qui ont besoin de données touchant plusieurs provinces et territoires du Canada. Cette initiative a été rendue possible grâce à la Stratégie de recherche axée sur le patient (SRAP), un groupement de financement qui réunit les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) les provinces et les territoires, des organismes philanthropiques, des établissements d’enseignement et des organismes de bienfaisance du domaine de la santé.

Les données sont essentielles pour les travaux de recherche qui visent l’amélioration de la santé et du bien-être des Canadiens. Elles nous renseignent sur les tendances en santé au fil du temps et orientent les politiques ciblant des enjeux en santé, comme la crise des opioïdes ou les maladies chroniques. La comparaison des données de multiples sources permet aux chercheurs et aux responsables de l’élaboration des politiques de mieux comprendre l’efficacité de différentes politiques ou initiatives et de trouver des solutions fondées sur des données probantes. 

L’accès aux données n’est cependant pas toujours facile. À l’heure actuelle, les chercheurs doivent suivre des procédures et satisfaire à des exigences qui diffèrent selon la source, pour être en mesure de consulter des données publiques dont le niveau de précision varie. Les délais et les coûts liés à l’accès aux données varient également selon les sources. 

Point d’accès unique pour les demandes de données touchant plusieurs provinces et territoires, le GSAD offre aux chercheurs une façon simple d’obtenir des données ainsi qu’un point de contact précis pour recevoir de l’aide à toutes les étapes du processus. 

« Le GSAD permet aux chercheurs d’obtenir plus facilement les données dont ils ont besoin, explique Kim McGrail, directrice scientifique. Pour la première fois, ils pourront demander des données touchant plusieurs sources provinciales, territoriales et pancanadiennes au moyen d’un seul processus centralisé. Nous sommes fiers de collaborer avec des centres de données partout au pays et de soutenir ainsi les travaux de recherche qui améliorent les résultats pour la santé de tous les Canadiens. »

Par l’entremise des Centres de données provinciaux, l’équipe de l’Unité de soutien SRAP des Maritimes (USSM) appuie activement ces efforts, dont Lindsey Gilbert, coordonnatrice des demandes de projet au sein de l’Institut de la recherche, des données et de la formation du Nouveau-Brunswick (IRDF-NB), lui-même membre du groupe de travail du GSAD. Comme l’explique d’ailleurs Lindsey Gilbert : « En mettant de l’avant un processus unique et simplifié qui s’appuie sur des normes de données communes, le GSAD permet de mener des projets de nature interprovinciale de façon encore plus efficace. » 

Les chercheurs œuvrant aux provinces Maritimes témoignent déjà des retombées positives qui découlent d’une telle approche. 

Professeure agrégée à la Faculté de médecine de la Dalhousie University, Emily Marshall et ses cochercheurs mènent une étude comparative sur l’efficacité des listes d’attente centralisées de patients qui se cherchent un dispensateur de soins primaires en Ontario, au Québec et en Nouvelle-Écosse. Cette équipe de recherche est l’une des premières au Canada à utiliser le GSAD dans le cadre d’un projet.

« Nous sommes ravis de participer au projet pilote du GSAD, affirme Emily Marshall. Notre projet vise à déterminer les facteurs qui influent sur l’efficacité des listes d’attente provinciales de patients qui se cherchent un dispensateur de soins primaires. Nous sommes impatients de collaborer avec l’équipe du GSAD pour avancer nos travaux. »

« La SRAP vise d’abord et avant tout l’application de solutions fondées sur des données probantes à des problèmes touchant les soins de santé, dans le but d’améliorer les résultats pour les patients. Et la clé de la prise de décisions fondées sur des données probantes est l’accès aux données, explique le Dr Michael Strong, président des Instituts de recherche en santé du Canada. C’est pourquoi nous sommes ravis d’investir dans des projets comme celui-ci, qui produira des retombées positives pour les Canadiens en facilitant l’accès aux données pour les chercheurs. »

Pour en savoir davantage

Visitez le site Web du GSAD

Pour en savoir davantage au sujet des Centres de données des provinces Maritimes, veuillez consulter les sites Web suivants (disponibles en anglais seulement) :

Faites la lecture d’un entretien effectué auprès de Ted McDonald, Ph.D., directeur de l’IRDF-NB (en anglais seulement)